Action, Alternatives, Autonomie, Blog, Bonheur, Ecologie

Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux

C’était la COP24! Hourra, les dirigeants vont sauver le monde!

Enfin, visiblement pas tant que ça et de toutes façons, on s’en cogne! Car on savait par avance qu’à part quelques effets d’annonce, … De l’avis même de la COP et des ONGs, nous sommes sur une trajectoire de +3,5°C. Certains trouvent que c’est déjà bien et que les choses avancent, en attendant 2020 et des règles – hypothétiquement – plus contraignantes. Contraignantes? Bizarrement, pour défendre les banques et le capitalisme, on peut mettre en place des tribunaux privés, mais pour le climat…Walou!

Et puis voilà, je suis tombé sur le discours de Greta Thunberg, une suédoise de 15 ans qui a lancé une grève des étudiants pour protester contre l’inaction. Même si le fond est grave, ça été un vrai bonheur de l’écouter – Traduction en fin de billet.

Mais une fois les larmes aux yeux séchées et le cœur un peu dénoué, la question s’impose d’elle même: J’en suis où de mon coté? Car oui, nous n’avons plus d’excuses et eux n’ont plus de temps. L’objectif de 1.5°C est abandonné? On laisse quoi à nos gosses à part nos incohérences?

D’après le GIEC, nous avons deux ans pour agir. 2 ans pour éviter la chute probable de la civilisation en 2040. Mes enfants auront alors 26 et 24 ans. Et si vraiment rien n’est fait, en 2100, la Terre sera potentiellement invivable. S’ils tiennent jusque là, ils auront alors 86 et 84 ans.

Nos enfants seront alors la dernière génération humaine à avoir (sur)vécu une vie complète, mes petits enfants ne pourrons pas, rien de moins!

La France est dans le top 20 des pays les plus touchés par le réchauffement climatique, le 1er en Europe! Cocorico! Pour vous aider à quantifier, sur 10 ans – oui, sur 10 ans, car ça a pas commencé hier! – ça représente en moyenne 1 121 décès par an (et 2,2 milliards de dollars de pertes mais l’argent, pour ce que j’en dis…). Cela ne concerne pas que les pays en voie de développement d’autant que c’est une moyenne et qu’elle augmente! Voilà ce que dit Greta:

En 2078, je fêterai mes 75 ans. Si j’ai des enfants, ils passeront peut-être cette journée avec moi. Ils me parleront peut-être de vous… Ils me demanderont pourquoi vous n’avez rien fait pendant qu’il était encore temps d’agir.

Nous n’avons plus d’excuses et il est plus que temps de s’attaquer aux incohérences, à nos incohérences et de vraiment faire sa part, toute sa part. Rien qu’en écrivant ce billet, c’est incohérent!

Pour ceux qui seraient encore dans le déni, genre que la science va trouver une solution alors que c’est un peu elle qui nous a mis dedans, ou que c’est pas si grave que cela, voici un petit listing d’études et rapports – sans parler du rapport Meadows, c’est à dire l’étude commandée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) par le Club de Rome et du célèbre livre « Limits to Growth » de 1972.
Les modèles se basent sur nos comportements actuels et ne tiennent donc pas compte « d’éventuelles » réactions des dirigeants et des populations pour éviter cette fin. En sachant pertinemment qu’il n’y a rien à attendre des gouvernements tant que cela ne sera pas électoral et que donc la population ne sera pas personnellement impliquée et engagée. C’est loin d’être là encore évident! Car au cœur même de la population, certains opposent encore fin du mois des gilets jaunes et fin du monde des élites.

  • Selon les estimations d’universités US (Standford, mais aussi Princeton ou Berkeley), nous connaissons la sixième extinction de masse. Les plus optimistes indiquent que les espèces animales disparaissent environ 100 fois plus rapidement que par le passé. Et ils préviennent: les humains feront probablement partie des espèces qui disparaîtront, vraisemblablement assez tôt.
  • Le Lloyd’s, société d’assurance, a sorti un rapport en 2015 à ses clients sur les risques de l’effondrement des sociétés suite à l’effondrement du système alimentaire mondial.
  • Les investissements en énergie sont en baisse alors de là à développer autre chose, c’est pas gagné. -14% rien que sur les énergies renouvelables même si le solaire est en hausse.
  • L’université Anglia Ruskin, de Grande Bretagne, prévoit l’effondrement de nos sociétés aux alentours de 2040.
  • L’Horloge de l’Apocalypse, où minuit représente la fin de l’Humanité, a été avancée en début d’année de 30 secondes, à 23h58. L’idée peut sembler futile, elle est issue d’un vrai travail. Rendez vous en janvier 2019 pour la mise à jour…
Graphique evolution investissement en énergie Evolution de l'investissement NRJ renouvelable2017 – Source

Entre le rapport Meadows de 1972 qui donnait 2030 et les dernières études qui tablent sur 2040, il nous reste moins de 20 ans pour agir. Ceux qui étudient ces problématiques disent qu’il est trop tard et qu’il faut se concentrer sur la limitation des chocs et sur la résilience – la capacité à s’adapter aux changements. Mais je veux pouvoir regarder mes gosses en face lorsqu’ils verront leur monde s’effondrer alors action!

Quantification

Empreinte écologique

Pour l’empreinte écologique globale, celle de ma famille, j’ai utilisé le questionnaire du Journal d’un terrien, de Serge Boisse et un autre sur le site de Passerelle Eco à télécharger, dont la diffusion est vivement conseillée par le site et qui permet d’affiner en ajustant soit même. Par exemple, j’achète un tiers au supermarché, donc au lieu d’ajouter 2000, j’ajoute 667… J’ai modifié mes réponses pour y inclure tous les membres de la famille.

Résultats et analyse:

Dans l’Union européenne, nous avons 2.3 ha disponibles par personne pour une empreinte de 4.7 ha, qui est également l’empreinte en France en 2014: ainsi un français, c’est 4.7ha! par an. En France, c’est 2.73ha par personne de disponible. Pour une famille de 4 avec des jeunes enfants, on est aux alentours de 16ha pour 10.92ha disponibles. Ce sera ma base de comparaison.

logo journal d'un terrien logo passerelle eco
  • Alimentation: 1.52ha
  • Eau: 0.14 ha
  • Énergie: 0.16 ha.
  • Déchets: 0.45ha
  • Papiers: 0.28ha
  • Transport: 1.65ha
  • Alimentation: 1.4ha
  • Eau: 0.12ha
  • Énergie: 1ha (dont 0.4ha de chauffage)
  • Déchets: 1ha
  • Papier: 0.4ha
  • Transports: 1.66ha dont 0.4ha d’avion (soit un seul voyage en famille par an!)

Total: 5ha

Total: 6.38ha

Finalement, vu comme ça, on est pas trop mal comme famille!! Y’a juste un problème… C’est que pour payer tout ça, je dois travailler et là, c’est plus la même!! A transporter des morceaux d’avion dans un bateau qui brûle du fioul lourd et à manger QUE des produits industriels avec viande ou poisson à chaque repas, ça fait exploser le compteur! Rien qu’en transport, il faut rajouter 3ha… Il s’agit du poste le plus important concernant l’empreinte écologique de la famille! Et il n’est pas inclus dans les calculs du dessus… Il faudrait doubler ces résultats!! Et on atteint alors la limite disponible…

Biocapacité et empreinte écologique

Il existe également des calculateurs pour l’empreinte carbone comme celui d’Henkel. Mais je les trouvent moins parlant que ceux en hectares. Ils permettent néanmoins d’envisager de planter des arbres pour compenser, bien que ce procédé soit sujet à critiques. Pour notre famille, cela donne 7.2T de CO2 par an!empreinte carbone de la famille

Empreinte internet

Nous avons tous des adresses emails, des réseaux sociaux, des clouds etc. Et bien tout cela a un impact, astronomique, et personne ne le voit. Un email, c’est 5Wh mais avec pièce jointe, c’est 24Wh! Ainsi, il faut 15 centrales nucléaire pendant 1h pour 10 milliards de mails. Dans le monde, c’est 2 672 milliards d’e-mails (hors spam) en 2016! 167 centrales nucléaires H24! Et ce n’est que le volet énergie des emails…

C’est sans compter les vidéos, les recherches (requêtes), et tout le contenu en ligne. Il faut aussi rajouter les infrastructures, cables en cuivre et fibre optique, les batiments, Data Center avec les serveurs et les groupes électrogène de secours, etc. On estime qu’un Data Center consomme autant d’électricité en un jour qu‘une ville de 30 000 habitants. Internet est ainsi le troisième consommateur mondiale d’énergie après la Chine et les États-Unis…et consomme essentiellement du charbon.

Il n’y a pas vraiment d’indicateur global pour mon questionnement. L’empreinte est ici uniquement mesurée en impact carbone.

Épuisement des ressources

Je me suis intéressé à l’empreinte écologique – c’est à dire à l’image de ce que notre présence impacte sur la Terre. Elle ne rend pas vraiment compte de la différence entre les besoins qui peuvent être remplis à partir de ressources renouvelables, voire améliorables comme le sol du potager qui se bonifie avec le temps et les besoins qui vont taper dans les stocks, dont l’écrasante majorité n’est pas renouvelable. Difficile de quantifier ce poste mais il reste facile de s’y attaquer.

Empreinte écologique d'un oeuf

Action

Avec les enfants

Tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi.

disait Gandhi.

Ma fille m’a demandé récemment de fabriquer des petits cartons à distribuer dans les boites au lettres, avec un message de son cru, essentiellement accès sur les déchets, son cheval de bataille. Nous allons donc nous y atteler dès le début 2019 avec que de la récup pour faire les cartons. C’est qu’elle est bien consciente des enjeux, ne serait ce que lorsqu’elle demande si la planète va être détruire si tout le monde continue à jeter des déchets. Et auquel cas comment Pati (le grand père), les copains ou même elle et son frère vont pouvoir vivre si la planète est détruite. Et de répondre: « Mais Papa, on a qu’à planter des arbres! ».
En toute franchise, j’en suis fier mais ça m’effraie également.

C’est toute la difficulté. Comment les amener à être de futurs humains responsables sans d’une part leur faire peur – bien que seul un fou, ou un économiste, n’aurait pas peur! et sans leur faire porter une culpabilité ou le poids du malheur du monde sur les épaules.
Faut il les préparer comme dans Captain Fantastic à devenir des survivants encyclopédiques? Car en essayant d’être le plus objectif possible, leur génération, et la mienne, va avoir le plus gros défi de toute l’histoire humaine à relever: la survie même de l’espèce!

Les petits cartons éducatifs

Donc d’abord les petits cartons! Ensuite, l’éducation mais elle se fait somme toute assez naturellement, entre nos propres actions et notre entourage (merci les voisins!). Il s’agit peut être plus ici de faciliter le développement de leurs capacités de résilience humaine: curiosité, sociabilité et adaptabilité. Un boulot de tous les jours pour qu’ils s’épanouissent. La compréhension et l’analyse des enjeux viendront d’elles mêmes en temps et en heure, avec parfois un coup de pouce ou un support pour répondre aux questions comme le livre « les Zenfants presque Zero Dechets » que je ne peux que conseiller à tous les parents! Car les questions vont venir avec cette génération, et il faudra y répondre!

Les arbres

Toujours avec les enfants, et pour répondre à la demande de ma fille, nous allons planter des arbres, beaucoup d’arbres! En plus de ceux qui seront utilisés pour notre chauffage. Chaque arbre planté permet de stocker pendant 30 ans une quantité de CO2 correspondant à une consommation de 1000 kWh/an. 1T de CO2, c’est 140 arbres! Pour être neutre, on doit en l’état stocker 7.2T par an! En poussant les mesures de sobriété, de partage et d’entraide, on peut arriver facilement à 5T. Cela représente alors tout de même 700 arbres à planter, entre 0.5 et 1.5ha suivant l’espacement…

Au delà de les préparer d’une manière ou d’une autre, les enfants sont une formidable opportunité pour réveiller les consciences, à l’image de Greta Thunberg. Un enfant ne naît pas avec la volonté de détruire sa planète ou de consommer tout et n’importe quoi. Ce sont les adultes qui l’imposent, soit directement, soit par le biais des copains et copines qui, eux, on droit à la ribambelle de plastique à Noël par exemple.
Les enfants peuvent amener les adultes à devenir « assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont » mais aussi influencer leurs propres camarades: « Hein Inès, nous on n’aime pas les déchets? » disait ma fille lors d’une sortie scolaire. Au oui de la copine, voilà le petit gars de devant qui répond « Moi non plus, j’aime pas les déchets ». Fier le papa, à voir alors ses petits bouts d’humains en train de regarder à gauche ou à droite s’ils en trouvent alors à ramasser…

Objectif

Que la famille et les copains suivent. Qu’ils interfèrent au minimum et ne viennent pas introduire des dilemmes ou des contradictions dans la constructions des enfants.
Nous avons tenté l’anniversaire zéro déchet avec un succès certain, cadeaux compris. Reste les autres fêtes pour servir de cheval de Troie et commencer à faire bouger tout ça. Le problème, c’est de vite passer pour des hurluberlus. Car on ne parle alors même pas de modifier les comportements en dehors de notre cellule familiale déjà bien engagée. Là, ça peut être carrément coton!

Mais une petite idée me vient, celle d’un contrat. Non seulement un contrat entre les enfants et leurs parents mais aussi entre eux et le reste de la famille. Et comme je râle sur l’absence de contrainte de la COP, ce contrat devra être non seulement contraignant mais également opposable! Pas mal de choses à définir, mais je vous tiendrais au courant.

Pour finir, s’inscrire avec toute la famille dans les groupes d’Alternatiba du coin et commencer à pousser en local pour transitionner ensemble.

Empreinte écologique

Je dois avouer qu’après le calcul, je suis assez content. Rien de parfait encore mais c’est en bonne voie. Il reste à persévérer et à accentuer les choses, à expérimenter et ré-apprendre. Il reste à continuer dans la transformation des 1ha de terrain en havre de paix… et de production alimentaire ou énergétique.
Hors travail, nous sommes en dessous de ce que la France peut nous offrir!  Reste donc à mettre en place une résilience solide.

Alimentation:

1.4ha… On doit pouvoir réduire à 1ha sachant que nous avons 0.6ha de disponibles pour cultiver. Il restera 0.4ha à répartir entre les paniers de la Terre Ferme et les « pour l’instant » impondérables dont la farine, le miel et en partie la viande. Mais nous avons la chance d’avoir des minoterie bio aux alentours. A voir pour grouper avec les voisins! Pour le reste, l’exotique, et bien faudra bien s’en passer un maximum et attendre que les bananiers donnent sous nos latitudes. D’ici 10 ans, ça devrait être bon, ça commence déjà, du coté de Lorient ou dans l’Allier!

Eau:

Nous n’en consommons pas beaucoup et surtout elle est retraitée par phytoépuration, qui elle même alimente une partie du paillage du potager. Mais il reste encore des marges entre le puits et l’eau de pluie.

Énergie:

Pour le chauffage, le constat est simple: on chauffe au poêle à bois. Reste à préciser les capacités de production et surtout à terminer l’isolation de la maison pour faire baisser la consommation en stères.

Ensuite, l’électricité. Nous sommes passés à Mint Energie, qui injecte sur le réseau l’équivalent de notre consommation en énergie renouvelable. Bien, pas bien, je ne sais pas trop: produisent ils eux même ou est ce qu’ils achètent? Le top, c’est Enercoop, mais c’est plus cher.

Déchets:

C’est beaucoup, 1ha (Passerelle Eco), sachant que nous sommes dans le chemin du zéro déchet. Nous n’avons pas encore toutes les habitudes en place – et il vaut mieux avancer petit à petit. Je pense que nous sommes plus dans la fourchette basse que ce que j’ai estimé, sachant que le Journal d’un Terrien nous donne à 0.45ha, soit moins que le minimum de Passerelle Eco (0.6ha).

Papier:

C’est sur qu’on en consomme – mais il s’agit surtout de brouillons pour les dessins des enfants. Et puis, on recycle ou ça part au feu tout en essayant de limiter au maximum les inutiles (pubs, etc). Là encore, on est plus haut chez Passerelle Eco…

Transports:

A nous de favoriser le vélo et les transports en commun, mais à la campagne, il est difficile de se passer de la voiture. L’année prochaine, c’est le bus pour l’école: on gagne 0.38ha! Si on se limite à 1ha, ça nous laisse alors 1700km de train par an de disponible ou 3h d’avion aller-retour. Cela semble une bonne base de départ.

Empreinte internet

Déjà, on saborde les réseaux sociaux ce qui au passage permet un gain de temps appréciable, surtout pour l’utilité du truc.
Ensuite, je vide mes boites mail de tous les emails vieux de plus de 6 mois et je regarde pour tout regrouper sur adresse, à ouvrir sur Lilo, qui a minima « compense » en plantant des arbres. Au passage, il utilise la pub générée par Google pour financer des projets, ce qui me permettra de reverser encore plus à l’association SOL que je soutient depuis le début, et en particulier leur projet BioFermes présent sur Lilo. Dans la même veine, il y a Ecosia, qui eux ne font que planter des arbres mais n’ont pas d’adresses email.

L’idéal serait ensuite d’enlever WordPress pour gérer ce blog et de n’utiliser que du code fait maison, mais là, c’est trop de boulot – je préfère me concentrer sur le potager. D’autant qu’OVH a fait des efforts pour limiter sa propre consommation. En plus, je suis en serveur mutualisé: les ressources du serveur sont partagées entre tous les utilisateurs. Cela ne va pas n’empêcher d’aller vers mieux, mais il va falloir creuser: chacun y va de sa méthode!

Épuisement des ressources

Toujours dans la démarche Zéro déchets, à nous de suivre Rien de Neuf et d’arrêter purement et simplement d’acheter du neuf.

Schéma de décision à l'achat

Bilan

Il y a URGENCE, une réelle et définitive urgence. Beaucoup de choses sont déjà jouées et l’horizon n’a pas l’air de vouloir s’éclaircir. Mais les alternatives existent, sont connues et commencent à prendre de l’ampleur.
Néanmoins, il n’est plus question de se contenter de son propre cas. Il est temps de commencer à mettre une énorme pression sur les décideurs, à toutes les niveaux, que ce soit dans les entreprises, dans nos communes ou à l’échelle nationale et internationale.

Il n’est plus question de stopper les processus, juste de tenter de le limiter et de développer notre propre résilience. Pour nous, nos enfants et pour la Terre Mère – notre seule chance de survie dans le vide de l’espace. Mais l’enjeu pour gagner, c’est la transformation collective, pas nos actes individuels ni la somme de ses actes individuels.

Les indiens Kogis de Colombie, qui se considèrent comme les gardiens de la Terre, ont lancés un appel. avec chez eux aussi une peur qui monte: la Terre Mère se réveille et elle est prête à nous dégager…

Ce ne sont pas seulement les indigènes qui doivent être responsables de la protection de la Terre, c’est l’Humanité toute entière.


Vous volez notre futur

discours de Greta Thunberg à la COP24

Je m’appelle Greta Thunberg, j’ai 15 ans et je viens de Suède.
Je parle au nom de la justice climatique. […]
Vous parlez de cette éternelle croissance économique verte, parce que vous avez peur d’être impopulaires.
Vous voulez aller de l’avant avec les mêmes mauvaises idées qui nous ont mis dans ce pétrin. Pourtant la seule chose sensée à faire est de tirer le frein d’urgence.

Vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même ce fardeau, vous le laissez aux enfants.
Moi, je me fiche d’être populaire, je me soucie seulement de la justice climatique et de laisser une planète vivante.

Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à un très petit nombre de personnes de continuer à gagner énormément d’argent.
Notre biosphère est sacrifiée pour que les riches des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Les souffrances des uns paient pour le luxe d’un petit nombre.

En 2078, je fêterai mes 75 ans. Si j’ai des enfants, ils passeront peut-être cette journée avec moi. Ils me parleront peut-être de vous… Ils me demanderont pourquoi vous n’avez rien fait pendant qu’il était encore temps d’agir.
Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux.

Tant que vous ne vous concentrez pas sur ce qui doit être fait plutôt que sur ce qui est politiquement possible de faire, il n’y a aucun espoir.

Nous ne pouvons pas résoudre une crise sans la traiter en tant que telle. Nous devons garder les énergies fossiles dans le sol. Nous devons nous concentrer sur l’équité. Et s’il est impossibles de trouver des solutions au sein de ce système, alors nous devons changer le système.

Nous ne sommes pas venus ici pour supplier nos dirigeants de se soucier de nous. Vous nous avez ignorés hier, vous nous ignorerez demain. Vous n’avez plus d’excuses et nous, nous n’avons plus de temps. Nous sommes venus ici pour vous dire que le changement s’en vient, que vous le vouliez ou non. Le vrai pouvoir appartient au peuple.»

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.