Loi travail : les révélations fracassantes d’un CRS

Ce n’est pas sur un site alter ou anar, c’est le Journal du Dimanche, propriété de Lagardère et repris par Le Point (François Pinault)!

Un gradé qui en a raz le bol, pas contre la « haine anti-flic », comme on pu manifester certains syndicats de police, mais contre les donneurs d’ordre.

Source : Loi travail : les révélations fracassantes d’un CRS

Il en est persuadé : de nombreux débordements auraient pu être évités et autant de blessés, des deux cotés. Les dits casseurs seraient 200 ou 300, connus pour la plupard: « On avait un signalement précis. On s’est dit qu’on n’allait pas les laisser passer… On n’a jamais reçu l’ordre”…

Une situation qu’il interprète comme une volonté de pourrir le mouvement. « Une manifestation qui se passe bien, on parle du fond. Quand vous avez des casseurs, on se focalise sur les violences et les vitres cassées. » Et au passage, aidé par les médias, on divise les français. Pour régner, c’est plus facile.

ClJE8afUYAE9nlg

Et je n’aborde même pas la question de la tentative d’amalgame entre manifestant et terroriste par tous les moyens, aussi bien coté médias que politique – voir les dernière sorties du ministre Sapin sur l’hôpital Necker…

Sur l’hopital Necker et son storytelling:

  • La réaction d’un parent d’enfant très malade de l’hôpital Necker.
  • Sur le déroulé et le traitement médiatique avec images, vidéos et témoignages à l’appui. Rien que ça: l’hôpital Necker n’a pas été « attaqué », mais certaines de ses vitrines étoilées par deux individus, au beau milieu d’un affrontement confus. Les vidéos sont là… et un manifestant arrête les deux hommes.
  • Tous les journalistes ne sont pas malhonnêtes. Il y en avait un à ce moment là (que certains ont pris pour un policier en civil avec son brassard). Petit échange sur twitter:
    – Vous n’avez pas pensé à prendre la photo?
    – Non, parce que ce n’était pas représentatif de la manif. Je ne bosse pas pour bfm

ClF_FvpWMAERFPG

Sur la question du traitement de l’information, on se dirigera vers l’article d’ACRIMED sur trois mois de couverture médiatique des manifs anti loi travail, ou le refrain bien connu de la nécessité de la « réforme », « archaïsme » de la contestation, stigmatisation de la mobilisation, morgue, mépris – voire haine de classe à peine voilée: « Violences en marge » des manifs mais traitement médiatique central des casseurs.

 

Be Sociable, Share!